du 6 mai au 3 juin 2017

en coproduction avec l’École Supérieure d’Art et Design de Saint-Étienne

Les images incluses dans les rapports et dossiers d’enquête ne sont pas toutes faites pour être visibles. Ce sont des objets d’analyse et d’étude. Elles ont une fonction administrative : constat de sinistre, indices pour une enquête…

Elles ne relèvent pas de l’imaginaire habituel de l’exposition de la guerre par la presse ou par les services des armées.

Ces images disent un ordinaire bureaucratique de la guerre qui est loin de ce que nous désignons de manière grandiloquente par théâtre des opérations.

Alors comment lorsqu’elles tombent sous un regard différent faut-il les considérer ?

 

esadse.fr