Nicolas Chapelle, sans titre, 2019, 30 × 45 cm, acrylique, bombe et collages sur plaque de verre

Nicolas CHAPELLE
From SD to SE

Exposition du 29 octobre au 27 novembre 2021
Avec la participation de Radina Stoïmenova

Vernissage jeudi 28 octobre

« Des toiles évoquant les intérieurs colorés d’appartements ou d’hôtels, des routes jalonnées de stations-service, çà et là des palmiers, une planche de surf appuyée au mur d’une boutique et des bords de mer où des chiens s’observent de loin… Les peintures de Nicolas Chapelle sont une invitation au voyage, sur un coup de tête, en forme de road movie sous un soleil énorme. » — Niko Rodamel

« Je façonne ma démarche artistique autour de l’urbain dans sa définition la plus stricte : ce qui est relatif à la ville, ce qui lui appartient. Les agglomérations et leurs populations, l’habitat et sa sociologie, les moyens de transport, les zones pavillonnaires, les chantiers, la publicité, la pollution, les ruines, etc.

Ainsi, tout ce qui compose l’architecture invisible des villes, des matériaux tels que la bâche et le grillage, m’inspire à la manière des artistes américains Oscar Tuazon ou David Hammons.

Dans mes travaux de peinture, de photographie ou d’installation, j’interprète l’excès de signaux visuels et d’images dans nos villes et cela me rapproche de peintres tels que Michel Majerus, empruntant au registre d’une culture vernaculaire.

La déambulation physique dans l’espace urbain a une importance majeure dans mon travail. J’utilise aussi la navigation virtuelle (Google Street View, Mappy, etc.) et ces captations d’images m’interrogent comme artiste et plus généralement : comment nous retrouver dans ces doubles du monde et leurs temporalités ? » — Nicolas Chapelle

instagram.com/chapelle.nicolas
Nicolas Chapelle, sans titre, 2018, 70 × 100 cm, acrylique, bombe et collages sur plaque de verre