Paul Sharits, projections physiques, mantras cosmiques
Gran Lux

vendredi 18 mai 2018 dans la cour de L’Assaut de la menuiserie

Razor Blades (21h20)
16mm/ Double écran/ Couleur/ Sonore/ 25min

« Quel soulagement, quel délassement, quand on arrive à la fin d’un programme aussi étourdissant ! Razor Blades a littéralement illuminé l’intérieur de ma tête. » Tony Conrad

« Razor Blades suit la tradition de ces films stroboscopiques qui affectent physiquement nos yeux, ce qui provoque un transfert de lumière presque hypnotique qui prend sa source à l’écran de notre pensée. » David Beinstock, Whitney Museum

3rd Degree (22h)
16mm/ Simple écran/ Couleur/ Sonore/ 24min

Version en trois parties pour un écran d’une installation pour trois écrans. Un film auprès duquel il fait bon se réchauffer quand la nuit tombe. La pellicule brûle. L’image-celluloïd fond. Sur la bande-son : des grattements d’allumettes, des avertissements d’un serpent à sonnettes ainsi que la phrase : « Écoute, je ne parlerai pas. »

Ces projections ont fait partie d’un ensemble de huit films du même auteur qui ont pu être vus au Gran Lux, dans le cadre de la programmation Musique optique de mai 2018.
granlux.org