Réserve naturelle régionale de Tor Caldara, Italie. Photo

Vanessa FANUELE
Chant I

du 20 mai au 26 juin 2021

ouverture en présence de l’artiste
jeudi 20 mai de 14h à 18h

Voir les horaires d’ouverture de l’exposition

« La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles ;
L’homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l’observent avec des regards familiers. »
– Charles Baudelaire, Correspondances

Tout commence toujours dans une forêt sombre (« cette forêt farouche et âpre », ainsi commence la Divine Comédie ; il en est également question dans le Petit Poucet). Le sol se dérobe sous nos pieds, le monde se brise en mille morceaux. Après tout, nous le savons bien maintenant, les malédictions, ça arrive. Et quelqu’un d’un peu sensible se dira : le monde est donc à recomposer.

Lorsque ce quelqu’un s’appelle Dante, il se propose de nous accompagner de l’enfer au paradis. C’est un voyage possible (qui dure tout de même 14233 vers). Que faire donc, pour nous qui sommes aujourd’hui à nouveau dans cette forêt sombre ? À vrai dire, nous n’en sortirons pas, nous allons devoir rester, nous le savons : nous allons devoir nous familiariser avec l’enfer – ou plutôt : l’enfer va devoir se familiariser avec nous. À celui qui a tout perdu, il lui reste la possibilité d’être Ulysse. L’Art est aussi cette ruse.

Il s’agit donc de mettre à plat cette verticalité menaçante, celle des arbres, celle de la monumentale Divine Comédie – à la lettre, il s’agit de terrasser : mettre à terre). L’enfer nous promet le gouffre, d’habitude nous sommes tenus d’y descendre. Le voilà devenu surfaces de couleurs, un voile léger et flottant de robe. Le chaos est concentré, encerclé. Le regard peut à présent s’y promener, s’y perdre, y chercher de la beauté. Nous pouvons faire correspondre les couleurs, les éclats des éléments, les réponses entre la terre, le feu et le végétal, tenter de déchiffrer une porte des enfers déjà nue et pourtant opaque.

Le travail et l’exposition de Vanessa Fanuele racontent ce que nous cherchons lorsque tout s’effondre : nous cherchons un jardin (les Antiques le nomment paradisus). Autrement dit, un langage approprié au déchiffrement de signes, une « forêt de symboles », un territoire où nous pouvons à notre guise, en toute quiétude ou en toute inquiétude, planter le décor de notre odyssée. Et d’où l’on peut entendre un chant.

Frédéric Montfort, 2021
pour L’Assaut de la menuiserie
vanessafanuele.net
galeriepolaris.fr
Avec le soutien de
Centre céramique contemporaine La Borne (18)
Fonderie d’art Fusions (63)